Rester actif en temps de confinement

par Anaïs Latulippe

Les cours de récréation, les gymnases, les salles de sports, les parcs et les cours privés permettent habituellement aux jeunes de se dépenser. Mais que faire quand on n’a pas accès à ces installations? Heureusement, il est possible de rester actifs grâce à la technologie et à un peu d’imagination.

Faire ce que l’on peut avec ce que l’on a

Le personnel enseignant des écoles joue un rôle très important au maintien du bien-être, de la santé physique et mentale de nos jeunes. L’enseignant d'éducation physique et de santé, Alan Benavides, de London, propose plusieurs activités à ses élèves, les accompagnent et les motivent, notamment par vidéoconférence. « Même si on ne peut pas participer à des activités sportives et se rassembler avec nos amis, il est toujours possible de bouger et de s'amuser à la maison! Il suffit de 20 à 45 minutes par jour. » Alan Benavides ne manque ni de créativité, ni d’audace. Il y va même d’une idée qui plaira assurément aux parents qui cherchent à impliquer les jeunes dans les tâches ménagères : « Il faut faire avec les moyens du bord. Si l’on habite dans un appartement et que l’on n’a pas de ballon de basket, il est possible de le remplacer par des chaussettes et d’utiliser la manne à linge comme panier! ». Brillant.

L’enseignant d'éducation physique rappelle également à ceux qui ont une cour d’en profiter au maximum. Par exemple :

  • Continuer de pratiquer du soccer, badminton, hockey, baseball, tennis, volleyball
  • Continuer de s’amuser avec les jeux de précisions telles que les quilles et le Bocce
  • Lancer et attraper une balle
  • Jouer à un jeu de tague (tague danse, volcan, autobus, dé magique, pieuvre, chat et souris)
  • Aller marcher, courir autour du quartier
  • Faire de la planche à roulettes, faire du vélo, faire du patin à roulettes
  • Faire une chasse au trésor
  • Faire du yoga ou des exercices musculaires à l’extérieur
« L’important, c’est de garder un esprit positif et de bouger tous les jours. » - Alan, enseignant à l’École élémentaire La Pommeraie. | Crédit photo : Bailey Torres

« Je travaille beaucoup avec les jeunes adolescents, c’est alors nécessaire de leur expliquer l’importance de prendre soin d’eux malgré les circonstances. Dans mon cours de français, chaque lundi, j’ai des sessions de causerie, où l’on parle surtout de bien-être. Les élèves partagent ce qu’ils réussissent à faire comme activités physiques, et je fais de mon mieux pour les motiver à rester actifs. » indique Joëlle Pluviose; enseignante ressource et enseignante de français au Collège français de Toronto.

Joëlle animant une danse au Collège français.

Connue dans son école pour sa passion pour la danse, Joëlle ne manque pas l’occasion de faire bouger ses élèves : « Pas besoin d’être un expert, un peu de musique et l’on va à son propre rythme! L’important, c’est de bouger même à la maison. » Pratiquant également le yoga chez elle avec son fils, Joëlle a pris l’habitude de montrer à ses élèves quelques étirements qui requièrent très peu d’espace.

Depuis le début du confinement, les défis sportifs lancés sur les réseaux sociaux sont devenus très populaires. Les jeunes se mesurent entre famille ou amis, « ils font par exemple des compétions de nombre de sauts étoile ou de squats qu’ils peuvent faire en une minute. Ça aussi, ça compte dans le temps d’activité physique quotidien recommandé! » ajoute Alan.

Voir plus

Partager