Journée mondiale des Sourds et Journée mondiale des Langues de Signes

Jeune fille signe avec ses mains

Depuis 1958, la Journée mondiale des sourds est célébrée le dernier samedi du mois de septembre tandis que depuis 2018, le 23 septembre a été déclaré par les Nations Unies la Journée de la langue des signes. Nous en profitons donc pour vous informer des services offerts aux élèves sourds et malentendants du Conseil scolaire Viamonde.

Qu’est-ce que la surdité?

La surdité du jeune enfant peut se présenter de façon unilatérale ou bilatérale, sous forme d’une perte auditive légère à une surdité profonde. Elle atteint 1 pour 1000 naissances dans une famille sans antécédent et 15 pour 1000 naissances chez les familles à haut risque. L’organisation mondiale de la santé définit la surdité comme "une acuité auditive insuffisante pour permettre à l'enfant d'apprendre sa propre langue, de participer aux activités normales de son âge et de suivre avec profit l'enseignement scolaire général".

Comment obtenir des services pour son enfant malentendant?

À la suite d’un rapport de spécialistes (p. ex., audiologistes, otorhinolaryngologistes) fournis à l’école par la famille, le conseil scolaire Viamonde fait appel aux services du Consortium Centre Jules-Léger (CCJL) et des Services canadiens de l’Ouïe (SCO) pour répondre aux besoins de l’élève malentendant et faciliter sa scolarité et son intégration en salle de classe.

*Il est à noter qu’afin d’obtenir des services consultatifs du CCJL pour des enfants d’âge scolaire, la demande doit être faite par l’école. Les parents, ou tutrices et tuteurs, doivent aussi remplir le formulaire d’autorisation à l’échange de renseignements. Dans le cas d’enfants d’âge préscolaire, ce sont les parents ou tutrices et tuteurs, ou la garderie qui en font la demande.

Quels sont les services offerts?

  • Le Consortium Centre Jules-Léger (CCJL) offre une éducation spécialisée aux élèves francophones malentendants ou sourds à partir du niveau pré-scolaire jusqu’à la fin du secondaire, ainsi qu’à des élèves aveugles, à basse vision ou présentant une trouble sévère d’apprentissage. Le CCJL est situé à Ottawa et accueillent des élèves francophones de partout en Ontario en assurant leur transport hebdomadaire et leur hébergement.
    Les consultants du CCJL fournissent également aux conseils francophones de    l’Ontario, à leurs intervenants et aux familles, des stratégies qui aideront à assurer le développement global de l’enfant sur les plans cognitif, langagier, communicationnel, culturel, comportemental, organisationnel et socioaffectif. Les intervenants font des observations à l’école, assistent aux rencontres multidisciplinaires, font des recommandations d’équipement spécialisé.
  • Les Services canadiens de l’Ouïe (SCO) contribuent par leur soutien à une communication efficace pour les personnes sourdes et malentendantes et aident à éliminer les barrières de communication. Des systèmes d’amplifications (p. ex., des systèmes MF)) sont commandés et installés par des spécialistes d’appareils de communication. Ces derniers bâtissent la capacité des intervenants scolaires à utiliser et entretenir les systèmes de communication de façon appropriée.
  • Enfin, le personnel enseignant et les différents intervenants du conseil scolaire Viamonde mettent en œuvre plusieurs stratégies pour faciliter l’apprentissage des élèves malentendants. Voici quelques exemples: 
    • ils portent un masque avec fenêtre transparente (en temps de pandémie) pour permettre la lecture labiale et des indices faciaux par l’élève
    • ils se positionnent près de l’élève et lui fait face
    • ils assignent l’élève à une place stratégique en salle de classe
    • ils diminuent les distractions et les bruits dans la salle de classe
    • ils répètent les instructions au bénéfice de l’élève
    • ils portent un système MF au cou (s’il y a lieu) pour permettre à l’élève d’avoir un accès optimal à sa voix
    • ils instaurent un bon climat de classe et le respect des différences pour faciliter l’inclusion de l’élève.

Langue des Signes Québécois (LSQ)

Si vous êtes intéressés par l’apprentissage de la langue des signes québécois, l’Université d’Ottawa offre des cours de différents niveaux de difficultés. Découvrez quelques exemples de signes publiés dans le site du Consortium Centre Jules-Léger.

En savoir plus sur la surdité

Surdité : mythes et réalités

Un appareillage résout un problème d’audition.

Faux.

Les aides/prothèses auditives améliorent l’accès de la personne aux sons qu’elle peut percevoir mais elles ne rétablissent pas l’ouïe.

Un système MF améliore l’audition d’une personne.

Faux.

Les systèmes MF à champ libre (haut-parleurs) permettent de diffuser le son d’une manière plus uniforme et les systèmes MF personnels permettent de conduire le son directement à l’appareil, et améliorent la qualité du message reçu en réduisant la dégradation du son dû à la distance et la réverbération du son.

Parler plus fort suffit

Faux.

Lorsqu’on parle fort, on accroit principalement la perception des voyelles qui ne sont pas porteuses de sens dans les mots (« _a_o » peut être perçu pour chapeau, bateau, chameau, radeau…). Cette distorsion rend la compréhension plus difficile.

On peut tout comprendre en lisant sur les lèvres.

Faux.

Seulement environ 40% du message est lisible sur les lèvres. Cependant, ceci permet de grandement compléter un message oral et est utilisé par tous particulièrement lorsque la compréhension orale est difficile.

Tableau préparé par l’équipe Enfance En Difficulté (EED) du Conseil scolaire Viamonde.

Voir plus

Partager