Échange de mots : des élèves de Viamonde à la rencontre virtuelle de l’auteure Sonia-Sophie Courdeau.

Par Jannick Pinheiro

Une fois n’est pas coutume, c’est en mode virtuel que s’est déroulé le Festival du Livre de Windsor 2020. Profitant de l’événement, Viamonde a organisé le 16 octobre dernier une rencontre virtuelle entre des élèves et l’auteure francophone Sonia-Sophie Courdeau, invitée du festival cette année. 

 

L’occasion pour les élèves de 9e année de l’École secondaire de Lamothe-Cadillac de faire connaissance avec cette artiste aux multiples talents originaire du nord de l’Ontario, passionnée d’écriture et de poésie, qui se sert aussi des mots comme thérapie. Sonia-Sophie intervient ainsi régulièrement dans des salons, des ateliers scolaires ou communautaires au cours desquels elle aide les gens à se transformer par les mots.

Poursuivant son rêve d’enfant, elle a déjà publié 3 recueils de poésie et se lance même cette année dans la production d’un court métrage. C’est donc avec une auteure active et passionnée que les élèves de l’école secondaire Lamothe-Cadillac ont eu la chance de dialoguer. Un plaisir partagé, si l’on en croit la poétesse : « C’était une belle expérience. Nous avons discuté de la situation actuelle dans le monde en période de pandémie et plus particulièrement de son effet sur ma créativité. Je leur ai dit qu’on peut se servir des mots pour retrouver un certain pouvoir sur les choses, malgré ce qui reste incontrôlable à l’extérieur », explique Sonia-Sophie, ajoutant également « que dans cette période on peut revenir à soi et se lancer dans la création plutôt que de se laisser emporter dans la négativité ».

Aux mots (maux?), Sonia-Sophie sait aussi joindre la parole. Elle s’en sert parfois en donnant des cours de coaching pour réparer les âmes abimées et n’hésite pas, lorsqu’elle se retrouve face à des élèves, à leur donner des clés afin de traverser au mieux cette période difficile, stylo en main. Les élèves de 9éme année de Lamothe-Cadillac ont ainsi pu participer à un exercice d’intériorité et d’encrage dans l’écriture pour les guider vers la création dans le moment présent. Elle rappelle le lien tangible entre la pandémie actuelle et sa situation lorsqu’elle a écrit son recueil « À tire d’aile » en 2011. Ce livre, elle l’avait imaginé alors qu’elle vivait beaucoup de transitions et de bouleversements dans sa vie : « je trouvais qu’il y avait un beau parallèle à faire pour amener les élèves à se poser des questions et à faire leur introspection par l’écriture » reconnait Sonia-Sophie. Devant son écran, un élève en virtuel a partagé son poème composé lors de l’exercice, un vrai moment d’émotion qui l’a touchée, confesse-t-elle.

Même satisfaction du côté des élèves, comme le souligne leur enseignante, Mme Soha Fakih : "cet échange avec Sonia-Sophie a été très apprécié par les élèves. Partager leurs sentiments à travers l'atelier d'écriture a permis à certains de s'ouvrir et d’aller chercher des mots et des images profondes pour s'exprimer".

Lorsque nous avons demandé à Sonia-Sophie si elle avait des conseils à donner pour les élèves ayant un intérêt pour la littéracie, l’auteure a souligné l’importance de s’entourer et de partager avec sa communauté pour faire vivre la langue et s’en imprégner. La francophonie fait partie de sa vie depuis toujours et elle dit avoir été énormément motivée et influencée par le poète franco-ontarien Patrice Desbiens et ses textes sur les réalités francophones. « L’écriture peut parfois être un travail solitaire. C’est une des raisons pour lesquelles je privilégie la connexion lors de mes ateliers. Il est important et fait tellement de bien de partager sa passion avec les gens qui nous entourent », conclura-t-elle.

Le Festival du livre célèbre sa 19e édition cette année. Visitez le www.bookfestwindsor.com/ pour plus d’information.

Voir plus

Partager