De Viamonde au Toronto FC!

Par Anaïs Latulippe

Ralph Priso-Mbongue, ancien élève Viamonde, signe son premier contrat professionnel avec le Toronto FC!

Chez les Priso-Mbongue, le Conseil scolaire Viamonde c’est une affaire de famille! Marcelle, la maman, est enseignante ressources à l’École élémentaire Pierre-Elliott-Trudeau de Toronto. Ralph, lui, a suivi une partie de sa scolarité élémentaire dans deux écoles de notre Conseil.

Passionné de soccer (football pour certains), Ralph est sélectionné à 14 ans pour s’entrainer à l’Académie du Toronto FC. Quatre ans plus tard, il signe un premier contrat professionnel avec le prestigieux club champion de MLS en 2017. Ralph a même fait partie de la sélection canadienne qui a joué la coupe du monde U17 disputée au Brésil en octobre dernier. De passage à Toronto pour quelques jours, le jeune milieu de terrain nous livre une entrevue animée, pleine de maturité et touchante.

Ralph Priso signe un premier contrat professionnel avec le Toronto FC.

Quand le français permet d’avoir de grandes complicités sur un terrain…

« C’est à 3 ans que ma passion pour le foot a commencé dans un club qui s’appelle Clairlea-Westview. À 11 ans, j’ai été sélectionné au North Toronto Soccer Club par l’entraîneur Hermann Kingue (ancien international camerounais), lui aussi francophone. Nous partagions la même langue maternelle et ça nous a rapprochés. Ça m’a permis de m’améliorer et de gagner de la confiance sur le terrain. Par la suite, quand je suis rentré à l’Académie du Toronto FC, j’ai fait connaissance avec le directeur du club, un francophone lui aussi (l’ancien joueur français Laurent Guyot, champion de France avec le FC Nantes en 1995, ndlr). Tout de suite, cette unité de langue nous a permis d’avoir une belle complicité. Avec les joueurs, tout se passe en anglais, alors c’était agréable de pouvoir parler ma langue maternelle de temps à autre. »

Une situation particulière pour lancer sa carrière

« Le gouvernement ne nous permet pas de jouer ici à Toronto, alors le club joue présentement ses matchs dans une bulle à Hartford au Connecticut. Lorsque nous y sommes, nos déplacements sont limités entre le terrain et l’hôtel. Chaque trois semaines environ, je peux sortir de la bulle pour revenir sur Toronto pour quelques jours et voir ma famille. Pour garder contact avec mes amis, je communique avec eux via les réseaux sociaux. Sinon, je parle au téléphone presque tous les jours avec ma mère qui est enseignante et mon frère qui lui aussi joue au foot à l’Académie du Toronto FC. On maintient nos relations grâce à la technologie. Ce qui est dur, c’est de ne pas pouvoir les voir physiquement à n’importe quel moment. En temps normal, la saison de foot se passerait entre Toronto et les villes des équipes adverses. Une dynamique qui me manque. Je ne veux surtout pas parler de point positif de la COVID-19… mais disons que mon isolement à Hartford me permet d’être hyper concentré sur le terrain. J’élimine complètement les distractions possibles et garde les yeux fixés sur mes objectifs. »


Du terrain à l’école

« Il n’y a pas grand-chose à faire une fois rendu dans ma chambre d’hôtel. Je me repose ou passe mon temps à avancer dans mes travaux d’école. S’il y a bien une chose que la pandémie n’a pas changée pour moi, c’est l’école que je suis depuis deux ans en ligne! Il me reste deux ou trois cours à compléter avant d’avoir mon diplôme. Malgré le foot qui me tient très occupé, je tiens vraiment à obtenir au minimum mon diplôme du secondaire. Même si je me consacre à 100% à ma carrière sportive, c’est important pour moi de finir ma scolarité ; après, on verra. Je pense que j’aimerais bien suivre des cours d’université. Ma mère est enseignante, alors, je me dois de parallèlement performer à l’école! Je lui dois ça après tous les sacrifices qu’elle a faits et continue de faire pour que mon frère et moi jouions au foot à un niveau professionnel. »

 

Ralph Priso-Mbongue, sa mère Marcelle Priso et son frère Hugo Mbongue.

Que conseillerais-tu aux jeunes qui suivent le programme VIAvirtuel?

« Je leur dirais de faire leur possible, même si ce n’est pas évident d’étudier derrière un écran, il ne faut pas procrastiner. Il faut persévérer. Je leur assure que cela en vaut la peine. C’est important de s’autodiscipliner et de s’assurer de faire son travail. Remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui n’aidera absolument personne à avancer. »

De vous à moi et de moi à vous

« J’ai fait une bonne partie de mon primaire à l’École élémentaire Gabrielle-Roy et à l'École élémentaire La Mosaïque alors j’étais agréablement surpris de voir que les élèves et le personnel de l’école où ma mère travaille, l’École élémentaire Pierre-Elliott-Trudeau, s’habillent aux couleurs du Toronto FC pour me féliciter. Voir les jeunes de la communauté francophone de Toronto me soutenir est tellement réconfortant. Et, même si je n’oserais pas dire que je suis un exemple pour eux, j’aimerais sincèrement penser que je peux leur apporter un peu d’espoir. Et ça, ça fait plaisir. Je rajouterais que cet hommage est autant pour moi que pour ma mère qui me supporte quotidiennement, donc ça fait chaud au cœur de voir la communauté la célébrer elle aussi. »

À son tour, Ralph Priso a tenu à rendre hommage aux jeunes de la communauté francophone en leur adressant quelques mots: 

Voir plus

Partager