Ces familles qui choisissent l'école par correspondance

Franchement famille

Heureusement, la rentrée de septembre 2022 s’annonce plus normale dans les écoles, après deux années perturbées par une nouvelle réalité avec laquelle nous avons toutes et tous eu à conjuguer. Pour les élèves qui doivent débuter leur parcours scolaire à la maternelle ou au jardin, il s’agira d’une occasion unique d’entrer dans un monde de nouveaux apprentissages, de développement de compétences et d’éveil à la lecture et à l’écriture.

Mais qu’en est-il de ces écoliers pour qui les parents songent à reporter l’entrée à l’école par crainte de vivre une nouvelle vague de contagion en automne ou simplement pour être doublement prudents?

« Les dernières années ont démontré que la fréquentation de l’école en personne est le choix à privilégier pour la plupart des élèves afin de maximiser leurs chances de réussite, optimiser le développement des connaissances et des compétences et favoriser leur santé mentale. Toutefois, nous reconnaissons aussi que dans certaines situations, des familles peuvent être amenées à considérer d’autres options pour la poursuite des apprentissages de leurs enfants. », indique le directeur de l’Éducation du Conseil scolaire Viamonde, Michel Laverdière.

Publicité.

Quelles sont ces autres options?

L'école en virtuel peut, pour certaines familles, convenir à leurs besoins du moment, notamment pour des raisons de santé.

« Pour le développement de l’enfant, il vaut probablement mieux l’inscrire dans un programme d’apprentissage à distance que de retarder son entrée à l’école, en particulier en milieu minoritaire francophone. », explique la surintendante de l'éducation, Isabelle Turcotte.

Certaines familles font donc le choix d’inscrire leur enfant à l’école francophone de leur zone de fréquentation scolaire, mais demandent qu’elle ou il participe au programme d’enseignement en virtuel. Ce programme propose un enseignement du curriculum complet dès la maternelle, à raison de 300 minutes (5 heures) d’apprentissage par jour, incluant du temps d’apprentissage en direct, dit synchrone. Pour que le personnel enseignant du programme soit en mesure de produire un bulletin scolaire à la fin de chaque étape, les élèves participants sont évalués au même titre que les autres élèves qui fréquentent l’école en personne et doivent conserver ce mode d’apprentissage pendant toute la durée de l’étape.

Une autre option, un peu moins connue, est de faire ses apprentissages « par correspondance », c’est-à-dire, à son rythme et selon une planification qui est fournie par l'école ou le conseil scolaire.

Ce programme, qui peut paraître inusité pour certains, est pourtant bel et bien réel. Il faut comprendre, néanmoins, que les trousses de planification proposées sont standardisées et non modulées aux besoins particuliers des apprenantes et des apprenants. Il s’agit donc d’une option qui convient généralement aux élèves qui ont peu ou pas de défis d’apprentissages. De plus, comme le matériel est fourni en français, il est important que le parent de l’enfant puisse parler, lire et écrire en français afin d’être en mesure d’appuyer son enfant et de servir de lien avec l’école.

« Avec ce modèle d’apprentissage, c’est le parent qui s’occupe de l’enseignement, en utilisant le matériel de planification fourni par l’école. Tous les 15 jours, l’élève, le parent et un membre du personnel scolaire se rencontrent en virtuel pour discuter des progrès de l’élève. », indique Isabelle Turcotte.

Des questions à se poser avant de choisir un programme d’apprentissage à distance

Le succès de l’enfant qui participe à un programme d'apprentissage par correspondance repose sur la collaboration des familles pour le renvoi à l’enseignant des preuves d’apprentissage réalisées à la maison et pour l’appui des jeunes au quotidien.

Choisir un programme d’apprentissage à distance est une décision sérieuse qui doit être mûrie. Quoi qu’il en soit, dans l’éventualité où la fréquentation traditionnelle de l’école en personne n’est pas une option viable pour une famille, ces options sont de bons plans B qui permettent à l’élève, au moins, de ne pas prendre trop de retard vis-à-vis ses pairs.

Voici quelques pistes de réflexion.

Considérations pédagogiques

  • Quel est le meilleur mode d’enseignement pour mon enfant compte tenu de ses forces et ses besoins d’apprentissage?
  • Quelqu’un à la maison est-il en mesure d’assurer sa sécurité et d’appuyer mon enfant au besoin ?
  • Le fait de recevoir un enseignement en virtuel ou par correspondance aura-t-il une influence négative sur le développement des compétences langagières en français pour mon enfant?

Considérations de santé et de bien-être

  • Mon enfant a-t-il un ou des problèmes de santé connus qui le mettent à risque s’il côtoie d’autres personnes à l’extérieur de notre cellule familiale?
  • Est-ce que la santé mentale de mon enfant est à risque de se détériorer si je fais le choix d’un mode d’apprentissage à distance pour une période prolongée?
  • Le développement social et affectif de mon enfant peut-il être comblé autrement que par les interactions en milieu scolaire?

Considérations logistiques

  • Le choix de l’école virtuelle signifie que l’élève se retrouvera dans l’une des classes virtuelles du Conseil et ne pourra pas nécessairement compter sur ses repères (camarades de classe habituels, membres du personnel familier, etc.). Est-ce un enjeu pour mon enfant?
  • Sommes-nous à l’aise avec le fait que la décision prise sera maintenue pour toute la durée de la première étape à l’élémentaire ou du premier semestre au secondaire pour l’année 2022-2023?

Voir plus

Partager